Accueil>Essais Bateaux>Day cruiser>Essai XO DFNDR 9, le gentleman baroudeur
XO DFNDR 9 - navigation profil
Day cruiserEssais Bateaux

Essai XO DFNDR 9, le gentleman baroudeur

Dernier né du chantier finlandais XO, le DFNDR casse un peu les codes en arborant une bouille d’aventurier. Un concept d’autant plus intéressant que les prestations offertes par ce bateau suivent.

Née en Finlande, la marque XO est une belle illustration de l’école scandinave, tant au niveau du design, très novateur que de la qualité de construction ou des capacités nautiques. L’équipe qui dessine les bateaux a grandi au bord d’un plan d’eau particulièrement agité et ils ont tiré de leur expérience une connaissance leur permettant de concevoir des bateaux capables d’affronter toutes les mers du globe.

Le nouveau DFNDR 9 (prononcez Defender 9) se positionne donc comme un baroudeur, pour ne pas dire un bagarreur quand il s’agit de conditions difficiles. Sa coque, si elle ne  semble pas forcément révolutionnaire, est pourtant d’une efficacité remarquable et le bateau profite également d’une répartition des poids optimale. S’ajoute à cela une construction aluminium d’une grande robustesse réalisée avec de l’aluminium de qualité militaire. Autant d’éléments qui font de ce day cruiser un dur à cuire, capable d’affronter de se confronter à des missions professionnelles comme à une journée en famille en toute sécurité.

Un look digne d’une Jeep Wrangler

XO DFNDR 9 - navigation face

De prime abord, le XO ne ressemble à aucun autre bateau. Sorte d’hybride entre une coque open et un day cruiser, il arbore en sus une superstructure en tubes qui rappelle le look d’un Land Rover…Defender ou d’une Jeep Wrangler. Cette timonerie est de surcroît surmontée par un mât support pour le radar et les feux qui accentuent le côté baroudeur de l’embarcation. Les formes simples et anguleuses, les flancs plats et les gros listons en caoutchouc font le reste et donnent une vraie personnalité au DFNDR 9.

Au niveau du plan de pont, XO a donc imaginé un bateau de type open, mais avec une timonerie et même une cabine. Dans les fait, on pénètre à bord par la partie arrière, largement ouverte, où se trouve une banquette transformable. Autre particularité, l’arrière de la cabine est fermé par une toile translucide, tout comme une jeep Wrangler ce qui permet, avec la banquette arrière de la timonerie et la table amovible, de constituer un coin repas, voire même un solarium de belle taille (1,76 x 1,23 m). La circulation vers l’avant du navire est facile et très sécurisée grâce au franc bord important (85 cm) et aux mains courantes omniprésentes.

La proue comprend de son côté un second solarium (1,45 x 1,40 m), très bien protégé du vent par le franc bord. C’est aussi de là que l’on accède à la grande baille à mouillage, profonde et équipée d’un vérin. Bateau finlandais oblige, le balcon avant tourne tout deux supports utilisés pour débarquer ou embarquer par l’avant.

Deux larges portes coulissantes donnent accès à la timonerie qui, à l’image de l’ensemble du bateau respire l’esprit baroudeur. Large poignée sur la droite du poste de pilotage, bel écran en face du pilote et possibilité d’un deuxième sur tribord. On note aussi les interrupteurs positionnés intelligemment et un autre panneau électrique positionné entre les sièges.

Ces assises méritent d’ailleurs le détour.  Il s’agit en effet de sièges à suspension avec de surcroît un réglage du débattement. Le reste de cet habitacle est relativement sobre, on trouve une banquette sur l’arrière, mais son accès n’est pas des plus aisé puisqu’il faut ouvrir en grand la porte latérale. En revanche, un réfrigérateur tiroir est logé sous la banquette, c’est toujours utile.

De Belles performances, y compris dans le gros temps

Reste la partie nuit et c’est une autre bonne surprise de ce bateau. Accessible à partir de la timonerie, cette petite cabine, qui bénéficie d’une hauteur sous barrot jusqu’à 1,55m, offre un couchage double et un petit cabinet de toilette avec w.c et lavabo. Dommage que l’aération de cet espace ne soit pas optimale.

En revanche, nous avons apprécié quelques détails comme l’ouverture avant vers le bain de soleil, pratique et idéale pour l’aération. Qui plus est, une marche relevable facilite l’accès à cette ouverture. Autre petit plus, la jauge qui permet de contrôler le niveau d’eau ou les quelques équipets. Si ce n’est pas forcément son point fort, l’XO dispose toutefois de quelques rangements intelligents, c’est le cas des coffres pour les défenses sur l’arrière ou du coffre de plancher.

Si le look flatte l’oeil et le plan de pont modulable séduit, c’est la partie dynamique qui fait l’unanimité. Le jour de notre essai, nous disposions d’un plan d’eau plutôt animé avec des creux d’environ 1m. Des conditions dissuasives pour nombre de canots, mais par pour l’XO qui se sent justement comme un poisson (XO) dans l’eau.

Très bien équilibré, bénéficiant d’une excellente répartition des masses et d’une construction robuste, le DFNDR 9 peut également compter sur une carène à l’étrave acérée et un V de coque profond. Dès lors, le bateau passe, peu importe la vague. Une fois dans ses lignes, il saute de vague en vague nivelant le terrain pour en tracer sa route et le tout…a 40 noeuds ! Agile, vif, et se comporte comme un chat, retrouvant son équilibre après chaque figure.

En fait, les limites ne viennent pas du bateau, mais plutôt de l’équipage, qui, agressé par l’éjection du rond en plastique au centre du volant (désolé pour ça), se résout finalement à réduire les gaz. Pour propulser l’ensemble, le constructeur a homologué le bateau jusqu’à 2 x 225 ch, c’est justement dans cette configuration que nous l’avons testé. Ainsi équipé, rien à redire, le XO est rapide, réactif, mais toujours aussi facile à mener.

Côté performance, si la météo nous a interdits de mesurer le déjaugeage, la vitesse de croisière s’établit quant à elle autour de 30 noeuds à 4000 tr/mn et nous avons accroché 40 noeuds au GPS. Dans des conditions normales, le bateau devrait normalement atteindre 45 noeuds ce qui en fait une embarcation rapide, mais polyvalente. On peut bien évidemment imaginer moins puisque 2 x 200 ch lui irait comme un gant, ou pourquoi pas un 350 ch monomoteur.

L’avis de la rédaction

Si vous aimez les bateaux un peu baroudeurs, n’allez pas chercher plus loin, le XO est tout ce qu’il vous faut. De plus, il profite d’une construction sérieuse et de qualités nautiques bien au-delà de la moyenne. Certains lui reprocheront peut-être un petit manque de place à bord, mais sa modularité rattrape en partie ce travers et au moins, avec lui, vous êtes toujours certains d’arriver à bon port !

Performances

Essai réalisé à La Rochelle (17) avec 2 x 225 ch Mercury, 2 personnes à bord, bon clapot, 30 nœuds de vent, hélice Enertia 19’’

Régime (en tr/mn)Vitesse (en noeuds)
1 000 tr/ mn4,5
2 000 tr/ mn8
3 000 tr/ mn17
4 000 tr/ mn29
5 000 tr/ mn35
5 200 tr/ mn40
Déjaugeagenc
0 à 20 Noeudsnc
XO DFNDR 9 - saut de vague

Fiche Technique

Longueur8,75 m
Largeur2,60 m
Poids sans moteur2 450 kg
Matériau de la carèneAluminium
Nombre de passsagers8
Couchages2
Réservoir carburant450 Litres
Réservoir d’eaunc
Puissance Maxi2 x 225 ch
Puissance conseillée2 x 200 ch
Catégorie d’homologation CEB
ConstructeurXO Boats (Finlande)
ImportateurHypenautic (56)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.