Accueil>Essais Bateaux>Day cruiser>Essai Wellcraft 355, une coque taillée pour l’aventure
Wellcraft_355 - photo 5
Day cruiserEssais Bateaux

Essai Wellcraft 355, une coque taillée pour l’aventure

Wellcraft vient de lever le voile sur son nouveau modèle. Un bateau d’un nouveau genre qui combine performance, aventure et confort haut de gamme.

Reprise il y a quelques années par le groupe Beneteau, la marque vivait depuis sur son héritage et sa gamme de fishings. Pour redynamiser ce nom légendaire, Beneteau a décidé d’innover, mais sans renier l’histoire et tout ce qui a fait la réputation de Wellcraft. L’équipe menée par Nick Harvey a donc choisi de créer une deuxième famille qui colle parfaitement à l’image de la marque. Pour cela, l’équipe est allée puiser dans son histoire, mais aussi dans l’une des grandes tendances actuelles, les bateaux d’aventure.

Wellcraft_355 - photo 2

Pour ce qui est de l’histoire, le team s’est inspiré des fameux « commuters » américains, des bateaux datant des années 30 et construits pour les premiers traders de Wallstreet qui habitaient dans le Connecticut, à quelques dizaines de milles de Manhattan. De par leur statut, ils ne voulaient pas prendre la voiture à cause des bouchons et pas le train parce que c’était sale… Ils se sont donc fait construire des canots automobiles fermés, très étroits et capables d’affronter le mauvais temps dans des bonnes conditions, d’offrir un bon confort intérieur tout en étant rapides. Pour l’aspect aventure, l’inspiration est plus actuelle et vient notamment des fabrications scandinaves.

C’est donc avec ce cahier des charges en tête que les équipes se sont mis au travail avec, à la manoeuvre pour la coque, le cabinet Michael Peters et pour le design intérieur, l’incontournable Camillo Garroni, le tout superviser par Martin Meyer, le responsable de projet.

Un style musclé, une identité forte

Dès le premier coup d’oeil, le Wellcraft 355 ne laisse personne indifférent. Long de 11,85 m, le bateau arbore des lignes uniques et un profil très musclé un peu comme s’il s’agissait d’un Axopar gonflé aux hormones. De fait, le canot  apparaît plus long et plus haut qu’il ne l’est en réalité. La taille choisie pour ce premier modèle (36 pieds) est d’ailleurs assez judicieuse puisque située au coeur du marché. Pour affirmer son style, le Wellcraft affiche un pare-brise inversé au look très agressif, une étrave totalement verticale qui semble prête à en découdre avec les éléments ou encore une longue timonerie vitrée qui se termine par une grande casquette accentuant l’aspect sportif de l’ensemble.

Wellcraft_355 - photo 4

Pour monter à bord, deux options s’offrent à vous, les grandes plages arrière ou, mieux encore, l’une des deux portes de coupé disponibles dès la version standard, un vrai plus. À partir de là, on découvre un cockpit de belle taille avec un franc bord assez élevé ce qui ravira les amateurs de pêche. Largement ouvert sur l’arrière, ce cockpit est équipé d’un arceau en inox intégrant un rack pour ranger les défenses, c’est plutôt bien vu.

De part et d’autre de cet élément, un chemin mène aux belles plages de bain, mais la sécurité n’a pas été oubliée puisque l’on trouve deux portillons, les familles apprécieront. À noter que cette partie arrière peut être également équipée d’une banquette repliable permettant de garder le rack pour les défenses ou d’un bloc comprenant grill et vivier. Le plancher accueille quant à lui deux bacs à poissons et un grand coffre central regroupant des éléments techniques, mais laissant assez de place pour ranger du matériel.

Un plan de pont très bien pensé

La timonerie est implantée de manière asymétrique, c’est-à-dire que le passavant principal est situé sur tribord. Assez généreux (36 cm), celui-ci permet d’accéder facilement au pont avant d’autant qu’une main courante surmontant le bordé assure la sécurité. Conçue de manière originale, cette proue comporte trois longues assises lounge avec accoudoir. Une partie centrale se replie pour constituer une petite tablette avec deux porte-gobelets. Située totalement sur le nez du bateau, une autre assise permet de profiter de l’espace tout en cachant un coffre au volume intéressant et l’ensemble peut même être transformé en grand solarium.

La circulation est aisée ce qui facilite l’accès à la grande baille à mouillage même si l’on dispose ici d’un guindeau électrique et d’une ancre à poste en inox. Enfin, dernière subtilité de cette proue, un voile d’ombrage (en option) peut être installé au-dessus des assises lounge.

De l’avant, on peut jeter un oeil au toit du bateau. Assez innovant, celui-ci intègre notamment d’énormes gouttières qui servent aussi de main courante. On y trouve également un rack permettant par exemple de transporter un kayak ou des planches de surf ainsi qu’une barre d’éclairage évoquant l’univers de l’aventure. Enfin, un support accueille les feux, le radar ou encore l’antenne VHF.

Wellcraft_355 - photo 14

En revenant vers le cockpit, impossible de manquer l’une des grandes innovations de ce bateau, la porte latérale. Si le principe n’est pas nouveau, celle-ci se distingue des autres, car elle est beaucoup plus longue ce qui permet d’accéder au poste de conduite, mais aussi au carré arrière de la timonerie, c’est bien pensé.

Pensé pour l’aventure, le Wellcraft n’a pas oublié l’aspect convivial. À partir du cockpit, la vitre latérale arrière bascule totalement vers le haut facilitant la communication entre l’intérieur et l’extérieur et offrant au passage un petit bar. Dommage que ce dernier soit un peu étroit. Il surplombe deux placards tandis que sur la gauche, la porte d’accès s’ouvre de manière classique et n’est pas coulissante. Un choix dicté par le programme du bateau, dédié à la performance, et qui évite les accidents d’une porte coulissante se refermant trop vite.

Intérieur cosy et finition soignée

Une fois à l’intérieur, on trouve une série de meubles sur bâbord abritant le tableau électrique, un rangement pour les verres, le réfrigérateur ainsi qu’une petite kitchenette avec réchaud et évier et même un four microonde sous le siège copilote. La partie tribord reçoit de son côté un salon en L offrant une modularité intéressante. Il peut bien évidemment se transformer en couchage d’appoint, mais aussi, grâce à des tabourets mobiles, être mis en configuration repas avec des convives se faisant face de part et d’autre de la table. Là encore, c’est simple, mais malin.

Le poste de conduite est pour sa part un modèle du genre avec non seulement une bonne ergonomie (incluant une planche inférieure pour les gens un peu plus petits), mais aussi de la place pour deux écrans de 12 pouces, des interrupteurs faciles d’accès, des porte-gobelets ou encore une poche inférieure pour les documents. Le copilote profite quant à lui d’une main courante et d’une boîte à gant dans laquelle une prise USB devrait normalement prendre place.

Enfin, petit détail qui ne gâche rien, une fois la porte de la partie nuit fermée, on note une belle continuité de toute cette planche de bord. À ce point, il convient également de noter l’excellent niveau de finition avec des détails comme le capitonnage de la planche de bord ou le gainage en cuir des mains courantes inox. Bon point encore pour l’éclairage zénithal procuré par deux toits ouvrants électriques et par un troisième toit panoramique en verre.

Bien qu’il soit plutôt conçu comme un bateau de jour, le Wellcraft 355 tire parti de ses 36 pieds de long pour offrir une véritable cabine avant. Accessible grâce à deux marches, elle bénéficie d’une hauteur sous-barrot allant jusqu’à 1,92 m tandis que les hublots latéraux et le panneau de pont procurent un éclairage naturel très agréable. On y trouve bien évidemment un couchage double avec la possibilité d’augmenter un peu la longueur du lit pour les grands. Sur tribord, une grande salle d’eau dispose de w.c., d’un lavabo et une vraie douche séparée de grande taille (67 x 110 cm). Enfin, un petit canapé et de nombreux rangements complètent le tableau.

Un centre de gravité situé très bas

Arborant un look flatteur, le Wellcraft 355 se devait aussi de faire honneur à la réputation de la marque, et en particulier aux qualités nautiques de ses aïeux, une caractéristique qui représente tout simplement l’ADN du chantier américain. Là encore, en faisant appel au cabinet Michael Peters, les concepteurs du projet ne sont pas passés à côté de leur copie. Affichant une ligne relativement classique, la carène repose sur un V marqué et sur deux bouchains vifs, le tout secondé d’une série de virures et d’une étrave droite très fine qui fend littéralement la vague. La partie arrière dispose quant à elle d’un bracket sur lequel sont installés les moteurs. Un dessin connu, mais toujours efficace. 

Wellcraft_355 - photo 22

Toutefois, ce qui fait vraiment la différence sur le Wellcraft, c’est la répartition des masses, particulièrement bien étudiée. En fait, le centre de gravité est situé très bas ce qui permet, à la manière d’un Targa, de conserver une parfaite stabilité en toute circonstance ou encore de bénéficier d’un rayon de giration étonnamment court. Un ensemble de qualités nécessaire pour affronter le mauvais temps.

Par chance, le jour de notre essai, au large de Fort Lauderdale, en Floride, la mer n’était pas vraiment plate avec des creux d’environ 1 mètre, des conditions idéales pour mettre à l’épreuve cette coque. Dès le départ, ce qui impressionne, c’est le faible niveau sonore distillé par les Mercury V8 de 350 ch. La preuve d’un montage réussi et d’un bon travail d’insonorisation, plus encore lorsque la porte arrière est fermée.

Wellcraft_355 - photo 1

Construit pour durer, le 355 accuse un peu plus de 7 tonnes à vide et plus de 9 tonnes en ordre de marche. Un poids qui reste toutefois contenu grâce à la construction en infusion incluant dès le départ les renforts structurels – un petit exploit technique. Hormis le silence de fonctionnement, on apprécie la position de conduite. Pour améliorer l’expérience, les ingénieurs ont d’ailleurs légèrement décentré le volant par rapport au pilote histoire de rendre la poignée des gaz plus accessible. Dans les faits, le résultat est transparent et l’on se sent immédiatement confortable aux commandes. La ligne de toit assez basse pouvait faire craindre un certain manque de visibilité, mais là encore, il n’en est rien, y compris sur le trois quarts arrière.

Des performances élevées même par mauvais temps

Compte tenu de son poids, le Wellcraft n’affole par les chronos au déjaugeage. Un peu plus de 7 secondes pour être dans ses lignes, mais cependant une sortie de déjaugeage à près de 30 noeuds… Une fois dans ses lignes, le bateau navigue en partie sur sa partie arrière ce qui évite de buter sur chaque vague et rend la balade plus confortable. Qui plus est, le déjaugeage effectué, le GPS s’emballe rapidement. 30, 40, 45 noeuds, le tout avec un 1 mètre de creux, on en redemande. En pointe, nous avons mesuré 48 noeuds en gardant un bon niveau de confort, il semble que le cahier des charges du bateau soit respecté.

Plus surprenant, même si nous disposions de  1050 ch sur l’arrière (la puissance maximale autorisée), on pourrait facilement envisager plus tant le Wellcraft se montre à son aise. Très maniable, le canot permet de facilement jouer dans les vagues en cherchant les portes. Au cas où, le rayon de giration est tout simplement étonnant, et cela, sans même faire entrer une goutte d’eau à l’intérieur avec la fenêtre latérale ouverte, c’est remarquable.

Partant de là, il n’y a plus qu’à aligner les milles grâce à une vitesse de croisière d’environ 35 noeuds. Une caractéristique qui agrandit considérablement le rayon d’action et le programme du bateau d’autant qu’avec le réservoir de 1000 litres, on peut faire pas mal de route.

Wellcraft_355 - photo 20

Si le 355 peut presque encaisser plus de puissance, on peut également envisager d’en utiliser moins avec par exemple 3 x 300 ch, 2 x 400 ch voire même 3 x 250 ch pour une utilisation polyvalente et moins gourmande. Ce sera au choix de l’acheteur sachant que la marque propose pour le moment le bateau avec 3 x 300 ch ou 3 x 350 ch, en Yamaha ou en Mercury.

L’avis de la rédaction

Au regard de ses capacités nautiques et de son aménagement, le bateau affiche une réelle polyvalence. Certes il est taillé pour l’aventure, mais il peut également satisfaire à nombre de programmes allant de la pêche au ski nautique en passant par la croisière côtière (rapide) et pourquoi pas le trajet domicile-lieu de travail si vous avez la chance de pouvoir faire cela. Sa finition le positionne également dans l’univers haut de gamme tout comme sa tarification annoncée (plus de 600 000 €)… C’est le prix de la légende !

Performances

Essai réalisé à Fort Lauderdale (Floride – USA) avec 3 x 350 ch Mercury Verado , 3 personnes à bord, 1 m de creux, hélice Revolution 4 pales 17’’.

Régime (en tr/mn)Vitesse (en noeuds)
600 tr/mn1,7
1 000 tr/ mn5,6
2 000 tr/ mn9
3 000 tr/ mn13,4
4 000 tr/ mn28
5 000 tr/ mn40,5
6 000 tr/ mn46,3
6 300 tr/mn48,2
Déjaugeage7,8 sec
0 à 20 Noeuds6,2 sec
Wellcraft_355 - photo 7

Fiche Technique

Longueur11,85 m
Largeur3,30 m
Poids sans moteur7 317 kg
Matériau de la carèneFibre de verre
Nombre de passsagers10 (B) / 12 (C)
Couchages4
Réservoir carburant1 000 Litres
Réservoir d’eau160 Litres
Puissance Maxi1 050 ch
Puissance conseillée900 ch
Catégorie d’homologation CEB
ConstructeurWellcraft (USA)
ImportateurRéseau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.