Accueil>Essais Bateaux>Day cruiser>Essai Ryck 280, Premier d’une nouvelle marque
Ryck 280 - 3/4 navigation
Day cruiserEssais Bateaux

Essai Ryck 280, Premier d’une nouvelle marque

Le Ryck 280 est le premier bateau de la nouvelle marque du groupe Hanse. Un modèle offrant les avantages d’une coque open et d’un petit day cruiser et qui ne devrait pas rester seul très longtemps.

L’apparition d’une nouvelle marque n’est jamais quelque chose d’anodin et plus encore quand les parents du nouveau bébé comptent parmi les grands noms du nautisme européen. Rick est en effet la dernière née du groupe allemand Hanse qui compte notamment les marques Privilège, Fjord ou Sealine. 

Ryck 280 - aérien

Partant de là, pas étonnant que la genèse de Ryck réponde à une stratégie marketing bien ficelée puisque la nouvelle marque vient se positionner comme une première marche pour accéder à l’univers Hanse, juste en dessous de Fjord. Le 280 est le premier à prendre l’eau et il devrait être rapidement suivi par des modèles autour de 32 et 24 pieds.

Un design sobre et dynamique

Côté design, les concepteurs du groupe Hanse n’ont pas de leçons à recevoir et c’est donc sans surprise que ce bateau affiche une ligne fluide et dynamique avec notamment une très belle étrave inversée surmontée d’une delphinière sous laquelle vient se positionner une ancre à poste. Le Ryck exhibe également un relief sur le bordé qui lui donne du caractère tandis que la proue se termine par une jolie plage de bain sur chaque bord..

Ryck 280 - 2 avant navigation

C’est justement par cet arrière que l’on pénètre à bord. Une fois passées les généreuses plateformes de bain, on emprunte les passages ménagés de chaque côté de la banquette arrière. On y trouve une petite marche et un petit portillon est également prévu sur les prochains modèles produits. À mi-chemin entre une coque open et un petit day cruiser, le 280 dispose d’un cockpit relativement convivial comprenant notamment une banquette en L avec une table centrale. Cette dernière peut également s’abaisser pour former un généreux bain de soleil. Pour cela, il faudra toutefois utiliser un deuxième pied, le système restant manuel.

Les banquettes cachent bien entendu des rangements et, en option, on peut y intégrer deux réfrigérateurs tiroir. Autre pièce maîtresse de ce cockpit, la cuisine extérieure est plutôt bien pensée avec un dégagement pour les pieds, un évier et un emplacement pour un réchaud ou un grill. Deux remarques tout de même, la cuisine est un peu basse et surtout, dans la configuration réchaud à gaz, les flammes vont directement bruler le capot. Un détail qui devrait être revu. Enfin, une option permet d’installer un voile d’ombrage au-dessus de l’ensemble du cockpit, un vrai plus pour les navigations méditerranéennes.

Un cockpit convivial

Du cockpit, l’accès à la partie avant est relativement aisé grâce à une petite marche, à des passavants assez larges et aux balcons de bonne taille. Seul bémol, le bouchon du réservoir, au centre du passavant, est un peu agressif pour les pieds. Cette proue, de type walk around, permet de circuler facilement et d’accéder à la baille à mouillage. Elle offre également un solarium double avec oreiller et une extension est aussi disponible pour agrandir la longueur de cet espace bronzage.

Au centre du bateau, le poste de pilotage est composé d’un leaning-post qui comporte un grand rangement de chaque côté tandis que les sièges peuvent être utilisés assis ou debout. Sur notre modèle d’essai, le système pour faire coulisser le siège était vraiment mal placé, mais là encore, le chantier a indiqué qu’il allait régler le problème.

Mis à part ce détail, le poste de conduite est plutôt agréable surtout avec l’option T-Top qui, non seulement donne une belle allure au bateau, mais permet aussi de rester à l’abri en cas de pluie ou de se protéger du soleil. Qui plus est, un système de fixation permet d’attacher un taud de cockpit pour fermer cet espace, c’est bien vu.

Reste la cabine dans laquelle on accède par une porte coulissante et trois marches. Relativement spacieuse pour un bateau de 28 pieds, elle comporte un carré transformable en couchage double (2 x 2 m) et un cabinet de toilette complet, lui aussi, de belle taille. À cela s’ajoutent pas mal de rangements, un éclairage naturel satisfaisant ainsi que des liseuses au look très moderne. La décoration est sobre et peut bien entendu être personnalisée.

Ayant pour ambition d’offrir un chemin d’accès à l’univers Hanse et à la marque Fjord, le Ryck se devait de proposer un comportement marin digne de ce nom. Pour y parvenir, le 280 s’appuie sur une carence en V progressif épaulée par un solide bouchain vif et par deux steps, une bonne manière de diminuer la surface mouillée et d’améliorer les performances tout en conservant une consommation assez sage. Pour propulser le bateau, nous disposions d’un moteur de Mercury de 300 ch, soit presque le maximum puisque le constructeur a homologué le bateau jusqu’à 350 ch.

Étrave inversée et coque à double step pour le Ryck

Une motorisation importante, mais qui sied plutôt bien à ce canot de deux tonnes. L’hélice Enertia de 17 pouces semble elle aussi en adéquation, même si la performance de 0 à 20 noeuds reste dans la moyenne, sans plus. En revanche, la coque ne se cabre absolument pas au moment de la poussée ce qui assure un bon confort à bord.

La bonne impression se poursuit avec un bateau qui se montre assez confortable. Il faut toutefois ne pas hésiter à jouer avec le trim pour lever le nez de l’embarcation. Dès lors, attention à ne pas monter le moteur trop haut ce qui prive le pilote d’une partie de cette aptitude. Une fois réglé, le Ryck procure des performances correctes et en rapport avec le programme familial du navire. Une vitesse de croisière autour de 25 noeuds et 38 noeuds la poignée dans le coin, ce n’est pas exceptionnel, mais c’est suffisant pour la majorité des utilisations.

Qui plus est, le bateau se comporte de manière sécurisante en courbe et il garde un bon niveau de confort dans le petit clapot, même si, pour l’occasion, les conditions de notre essai étaient plutôt calmes. Une petite optimisation serait néanmoins intéressante pour donner un petit côté sportif au 280. D’un autre point de vue, on peut également imaginer une motorisation autour de 200 ou 250 ch pour un usage plus « relax ».

Conclusion

Même si quelques détails demandent encore à être rectifiés, ce premier bateau s’annonce déjà prometteur tant au niveau de sa polyvalence que de son confort en mer. Il s’engouffre sur un marché déjà bien encombré, mais il possède définitivement quelques arguments à faire valoir. À suivre…

Performances

Essai réalisé à Cannes (06) avec 300 ch Mercury, 4 personnes à bord, mer calme

Régime (en tr/mn)Vitesse (en noeuds)
600 tr/ mn1,4
1 000 tr/ mn3,3
2 000 tr/ mn7
3 000 tr/ mn10
4 000 tr/ mn17
5 000 tr/ mn28,6
6 000 tr/ mn38
Déjaugeage6 sec
0 à 20 Noeuds7,5 sec
Ryck 280 - mouillage

Fiche Technique

Longueur9,51 m
Largeur2,81 m
Poids sans moteur2 070 kg
Matériau de la carèneFibre de verre
Nombre de passsagers8
Couchages2
Réservoir carburant300 Litres
Puissance Maxi350 ch
Puissance conseillée250 ch
Catégorie d’homologation CEC
ConstructeurRyck Yachts (Allemagne)
ImportateurRéseau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.