Accueil>Magazine>Art de vivre>20 expressions de marins à connaitre
Voilier expressions marin
Art de vivreMagazine

20 expressions de marins à connaitre

Naviguer, c’est aussi adopter une certaine culture dont les expressions de marins sont la meilleure illustration. Voici notre sélection.

Le monde des marin possède sa propre culture, ses propres traditions et surtout ses fameuses expressions dont certaines sont passées dans le langage populaire. Il est existe des centaines, plus ou moins historiques, plus ou moins imagées, mais souvent pleine de bon sens et d’humour. Voici un petit florilège pour passer l’hiver.

Les expressions passées dans le langage populaire

Mettre les voiles

Facile à comprendre, cette expression exprime juste le fait de sortir du port et de hisser les voiles pour commencer sa navigation. Par déformation, elle est de devenu le symbole du départ même si le voyage ne s’effectue pas en voilier. On peut également y associer l’expression « Larguer les amarres » à la signification identique.

Larguer les amarres

Voir « Mettre les voiles » 

Tonnerre de Brest

L’origine de cette expression, ou juron, n’est pas tout à fait claire. Certain l’attribue aux orages sévissant dans la rade de Brest alors que d’autres affirment qu’elle viendrait des manoeuvres de la marine nationale basée à Brest qui tirait le canon à blanc le matin et le soir. Aujourd’hui, il s’agit surtout d’une exclamation au même titre que « diantre » ou « saperlipopette » pour ne citer que les plus correctes.

Avoir le vent en poupe

Cela fait référence à l’allure d’un voilier quand il est vent arrière, c’est à dire qu’il reçoit le vent par l’arrière lui permettant de naviguer à la meilleure vitesse possible. Par déformation, « Avoir le vent en poupe » signifie que l’on profite de conditions optimales pour avancer dans un projet ou une carrière professionnelle.

voilier snass voile

Prendre une biture 

Si aujourd’hui prendre une biture signifie se saouler, l’origine de cette expression arrive bien du milieu marin puisque « la biture » est en fait la partie de la ligne de mouillage que l’on laisse sur le pont et que l’on love en faisant des S ou 8, une forme qui rappelle la démarche mal assurée d’un homme saoul.

Veiller au grain

À l’origine, l’expression indiquait le fait de surveiller le ciel pour guetter l’arrivée d’un grain et donc préparer le bateau à lui faire face. Passer dans le langage populaire, cela signifie aujourd’hui que l’on veille à ses intérêts ou que l’on suit une situation de près pour ne pas se faire surprendre.

Être au taquet

Cette expression que l’on utilise désormais dans tous les domaines, signifie à l’origine, border la voile au maximum sur le taquet pour obtenir la meilleure performance. Désormais, elle veut dire être au maximum de sa vitesse ou de ses performances, que ce soit en faisant du sport ou en travaillant.

Être dans le coltar

À l’origine, le Coaltar est un produit noir et visqueux servant au calfatage des bateaux en bois. Avoir les mains dans le coaltar signifiait donc avoir les mains pleines de ce liquide noirâtre. L’expression a petit à petit été détournée se son origine et est devenue « être dans le coaltar (en perdant le e au passage) qui veut dire être mal réveillé avec l’esprit pas très clair.

Celles connues seulement des marins

Trop fort n’a jamais manqué

Une expression de bon sens qui signifie que le monde des marins n’a jamais manqué de personnes un peu prétentieuses qui prétendent tout connaître et être plus fort que les éléments. Une attitude en opposition avec la prudence qui s’impose face à la mer et à la météo, deux éléments bien plus forts que l’homme, soit-il un marin accompli.

Pétole molle

Pétole ou Pétole molle. C’est une expression que tous les marins connaissent et qui décrit un jour sans vent. Quand on veut encore accentuer le propos, on ajoute « molle » pour décrire une absence de vent et une mer très plate, presque huileuse.

Tête de morue / Queue de maquereau

Avant d’être une insulte infantile, la tête de morue est une forme de bateau ou du moins la description d’un type de bateau de travail du 19e siècle qui présente une étrave joufflue et une poupe effilée.

pêcheur dans le sud

Femme de marin, femme de chagrin.

Cela vient de l ‘époque où les marins embarquaient souvent pendant des mois laissant seule leur femme. S’ajoute à cela la fréquence des naufrages et fortune de mer qui faisaient des femmes de marins des veuves?

Pour commenter la météo

Horizon pas net, reste à la buvette

À une époque où la météorologie n’était pas si précise, les marins savaient, en observant le ciel, décrypter les évolutions météos. Quand le ciel pour s’obscurait annonçant la tempête, le bon sens s’était donc de rester à terre.

Nuages marins

Qui écoute trop la météo reste au bistrot

Une autre manière de commenter la météo qui date d’une époque où la météorologie n’était pas si précise qu’aujourd’hui et aussi un moyen de dénoncer les marins qui trouvaient tous les prétextes pour rester au bar au lieu d’aller en mer pour travailler.

Quand le Goéland se gratte le gland, signe de mauvais temps. Si le Goéland qui se gratte le cul, il ne fera ps beau non plus.

Les marins adorent les expressions imagées qu’elles reflètent une certaine vérité ou pas. Dans le cas présent, il s’agit plus d’une forme d’humour que d’une quelconque observation météo…

Le bon sens marin en navigation

Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer

Cette formule non sans humour parle d’elle-même. Pas assez d’eau sous le bateau signifie un risque important d’échouage.

Baisé comme un tacaud dans la vase

Assez imagée, l’expression fait référence au poisson (le tacaud), qui se fait parfois surprendre par la marée descendante et se retrouve coincé dans la vase. On l’emploie alors pour décrire un bateau qui a mal calculé son coup et qui se retrouve échoué à marée basse.

Si tu veux vivre vieux marin, arrondis les caps et salue les grains

Une vieille expression de bon sens sens qui indique qu’en mer, il vaut toujours mieux passer au large des caps, pour éviter les cailloux et diminuer la voilure ou préparer le bateau quand un grain se présente. En clair, il faut faire preuve de prudence.

Une mer calme n’a jamais fait un bon marin

Une phrase signifiant qu’il est facile de naviguer par beau temps, mais que c’est lorsque les conditions se dégradent que l’on voit véritablement qui sont les vrais marins. Une expression que l’on pourrait d’ailleurs appliquer aussi aux bateaux.

Trawler navigation

Plus l’amer est haut, plus la mer est basse

Jeu de mots amusant entre l’amer, un objet à terre remarquable depuis la mer et « la mer ». L’amer étant généralement un bâtiment ou un rocher assez haut, plus la mer descend, plus le point de repère semble haut. En d’autre mots, si vous êtes dans une zone d’échouage et que l’amer semble de plus en plus haut c’est que la mer se retire et qui faut s’en aller de là.

Qui pisse face au vent, se rince les dents

Une évidence qui met en avant qu’en bateau, on doit faire avec le vent. Dans le cas contraire, il faudra en mesurer les conséquences. Par extension, cette expression fait aussi référence à un respect vis-à-vis des cap-horniers à qui on attribue certains « pouvoirs » comme celui d’avoir la faculté de pisser face au vent sans s’en mettre partout.

Un cachalot à tribord est prioritaire, à bâbord aussi (O. De Kersauzon)

Olivier de Kersauzon est aussi connu pour ses qualités de marin que pour son éloquence littéraire, y compris quand il s’agit d’expressions de marins. Derrière cette phrase rigolote, une évidence, celle que les animaux marins de grande taille représentent un danger pour la navigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *